En l’absence de ses stars, toujours en congé pour la plupart, on attendait une réaction des jeunes parisiens suite au revers (3-1) face au Bayern. L’occasion aussi des retrouvailles entre le PSG et Unai Emery. 

 

Un début de match prometteur

C’est un PSG version rajeuni qui se présente face aux Gunners. Un onze semblable à celui aligné face au Bayern samedi dernier. Dans l’attente du retour des mondialistes, Tuchel réitère sa confiance aux titis. Une équipe très jeune dans laquelle Nkunku fait office d’expérimenté, c’est dire.

Paris débute bien la rencontre. Le 3-4-2-1 mis en place par Tuchel génère un pressing haut qui gêne la relance d’Arsenal. Sur le flanc gauche, Nsoki paraît en jambe et le jeune Weah, de par ses appels à répétition, gêne la défense adverse. La frappe de Toufiqui à la neuvième minute n’est pas loin de tromper Leno.

Une tendance qui s’inverse très vite

Une bonne phase parisienne qui ne dure toutefois que dix minutes. Les rouges et bleus subissent ensuite les assauts des Gunners. Le milieu parisien est trop souvent pris à défaut, mettant en péril la défense. Les hommes d’Unai Emery sont supérieurs techniquement et collectivement, une supériorité qui s’explique évidemment par la présence de davantage de cadres dans le onze titulaire. Les Gunners sont récompensés à la 13ème par un but d’Ozil suite à beau mouvement collectif.

Paris est dépassé. Sans les interventions décisives du néo défenseur central Lassana Diarra et de Buffon, l’addition aurait pu être plus salée. Le très jeune Mbe Soh semble beaucoup trop juste dans ses interventions. Son duel perdu face à Aubameyang à la 29eminute en est l’illustration.

Autre problème côté parisien, la performance de Georgen. Le latéral droit parisien ne réussira aucun centre de la rencontre. Symbole, quand on connaît l’importance des couloirs dans l’animation prônée par le coach allemand.

Une deuxième période semblable à la première

Les partenaires de Rabiot repartent avec de meilleures intentions. Le pressing réapparait et le ballon circule à nouveau. Le beau coup-franc de Nkunku stoppé par Martinez aurait pu venir récompenser les parisiens dès l’entame. Ce n’est que partie remise pour le jeune milieu qui viendra égaliser sur penalty à la 60eminute. Un penalty obtenu par le toujours très remuant Weah, fauché dans la surface par Kolasinac suite à une belle percée côté droit. Un score éphémère puisqu’Arsenal reprend l’avantage dans la foulée sur une reprise de Lacazette déviée par Diarra. Lacazette inscrira un doublé quelques minutes plus tard. Deux buts encaissés qui viendront littéralement annihiler la dynamique parisienne.

Une deuxième période qui verra les nombreux changements de part et d’autre réduire les automatismes au sein des deux formations. Le rythme de la rencontre en est affecté et ce malgré l’entrée de Lo Celso côté parisien.

La fin de match est une véritable parodie de football. Paris n’enchaine plus deux passes et la rigueur défensive n’existe plus. Une aubaine pour les gunners qui inscrivent un quatrième puis un cinquième buts en fin de rencontre. Score finale 5-1. Un PSG qui devra montrer un tout autre visage lundi face à l’Atletico Madrid s’il ne souhaite pas achever son International Champions Cup par un bilan de 100 % de défaite.

Les notes des parisiens :

Buffon 6

Mbe Soh 4

Diarra 6

Rimane 5

Georgen 3

Bernede 4

Rabiot 5

Nsoki 5

Toufiqui 5

Nkunku 5

Weah 6

C.P

Articles similaires