Luis Fernandez avait partagé son bonheur de revenir dans la capitale parisienne, lui qui est si attaché au club « C’est avec beaucoup d’émotion que je retrouve mon club de cœur, où tout a commencé pour moi il y a 40 ans » avait-il réagi sur twitter lors de son intronisation. C’est ainsi qu’il débarque à la direction sportive du centre de formation. Après quelques mois de travail, Luis Fernandez a mis tout le monde d’accord au sein du club. Tout le monde ? Pas exactement.

 

Carles Romagosa, directeur technique du centre de formation,  n’est pas sur la même longueur d’onde. Les deux hommes ont des visions opposées sur ce qui doit être fait au centre de formation.

De nombreuses divergences entre Luis Fernandez et Romagosa



Principal sujet de divergence, la méthode pédagogique footballistique. Carles Romagosa ne voit que par sa méthode Ekkono, basée sur la stimulation et le développement des capacités cognitives. Il souhaite que toutes les équipes de jeunes évoluent en 4-3-3, pour avoir le même cadre d’apprentissage au fil des ans. Luis Fernandez pense quant à lui que les joueurs doivent être formés à une pluralité de systèmes afin de pouvoir s’adapter à toutes les configurations. Ce qui pour Romagosa, soutenu en cela par David Sanchez est un but, devrait être un moyen pour Fernandez. Autre point qui les oppose, le choix des jeunes à qui un contrat pro doit être offert. C’est le cas notamment du jeune Stanley Nsoki que l’espagnol ne souhaitait pas conserver, contrairement au français qui a insisté auprès du club pour qu’il ne parte pas.

Si les deux hommes ont des modes de fonctionnement différents, des reproches sont faits à l’un comme à l’autre. A titre d’exemple, il est reproché à l’espagnol de ne pas être proche  du terrain. Se contentant de rester dans son bureau, à tel point que les parents s’en sont plaints, certains ne connaissant même pas l’ancien du Barca, pour ne l’avoir jamais croisé. Il est reproché au français , quant à lui, une trop grande proximité avec les jeunes avec qui il n’hésite pas à déjeuner à la cafétéria du club.

 

Un climat difficile à supporter

L’un et l’autre ne peuvent continuer à travailler ensemble, tant l’origine de leur désaccord entre but et moyen est profonde. Luis Fernandez s’est déjà entretenu avec la direction, réclamant les « pleins pouvoirs ». Des garanties, lui ont été données, il attend maintenant des actes. Si la situation ne devait pas s’améliorer, il partirait, de son plein gré, bien que son travail soit apprécié par l’ensemble de la direction, qui a déjà refusé sa démission.

Un climat de tension règne donc également au sein du centre de formation, et ce depuis un moment déjà. En témoigne le long arrêt maladie de Pierre Reynaud, responsable de la cellule recrutement et ami intime de Luis Fernandez. Malgré tout, certains tirent leur épingle du jeu. Comme Mino Raiola, toujours à l’affût de bons coups, qui a récupéré dans son écurie deux jeunes de la formation parisienne, bien aidé par l’un de ses protégés, en la personne de Maxwell.

Le centre de formation n’échappe pas, lui aussi, à l’incertitude présente à tous les niveaux du club. De nombreux changements devraient donc également intervenir. De nouveaux dossiers dont se seraient bien passés le PSG, et qu’il devra là aussi bien négocier, la formation faisant partie des priorités le club.