Dans un match très ouvert et plaisant à voir, le Paris-Saint-Germain s’est imposé 2 à 1 à l’Allianz Riviera face à l’OGCNice.

 

Après la défaite face au Real Madrid, beaucoup d’observateurs pensaient que les parisiens auraient du mal à finir leur saison comme elle a commencé… Finalement les hommes d’Unai Emery poursuivent sur leur lancée en toute loyauté et avec du caractère malgré la désillusion en Coupe d’Europe

 

Le match

4-3-3 de chaque côté, le match débute sur les chapeaux de roues, Cavani reçoit un premier ballon dans la surface et Sarr lui fauche le pied d’appui sur son contrôle, penalty ? L’arbitre en décide autrement, le jeu se poursuit. Nice préfère jouer en contre et laisse la possession aux parisiens, la première période offre pas mal de spectacle, les deux équipes sont très à l’aise techniquement et ressortent formidablement bien dans la zone des 30 mètres, tel un match de boxe les deux camps se rendent coup pour coup. Alors que les parisiens semblaient les plus dangereux à l’image d’un tir à bout portant de Cavani s’écrasant sur le poteau droit de Benitez, c’est pourtant Nice qui ouvre la marque, Saint-Maximin bien lancé sur son côté droit trompe Areola d’un plat du pied croisé à la 17ème minute (1 – 0). Oui mais ce Paris là a du caractère, pas impressionné par les contres niçois, Di Maria se lance dans un numéro de soliste, pénètre dans la surface et place un extérieur légèrement touché par Benitez… qui fait mouche: 1-1. La rencontre est très intense, les six milieux de terrain se livrent une véritable bataille et se projettent vite pour mieux décaler les attaquants, on peut noter l’excellent match d’Adrien Rabiot qui n’a pas ménagé ses efforts dans la récupération et qui a su proposer de très bons ballons dans les espaces.

Malgré les tentatives d’incursions niçoises, la paire Thiago SilvaKimpembe a très bien contenu les attaquants adverses, très sérieux et quelques fois nerveux, ils ont laissé peu de situations dangereuses au trio offensif de l’OGCN, même si Balotelli est parvenu à toucher 2 fois les montants sur ses rares situations chaudes en seconde mi-temps. Bien décidés à s’imposer, les parisiens multiplient les assauts mais butent sur une charnière Sarr-Dante plus disciplinée que les 45 premières minutes… Cavani, en difficultés depuis janvier, sort et laisse la pointe à Mbappe, l’Uruguayen a encore une fois reçu très peu de ballons de la part de ses partenaires. Finalement c’est à la 82ème minutes que le mur niçois s’effondre, Rabiot offre un caviar du pied gauche à Daniel Alves qui propulse la balle de la tête dans le petit filet droit de Benitez, les franciliens ne seront plus jamais rejoints et prennent les 3 points à l’extérieur au cours d’un match haletant (2-1).  

Souvent décrié, Kurzawa a fait une entrée assez sérieuse malgré une alerte de Saint-Maximin dans son dos, il a su se montrer autoritaire lorsque l’ancien stéphanois n’hésitait pas à aller au contact. Draxler a tenté d’exister lui-aussi au milieu de terrain mais n’apprécie visiblement pas le jeu rugueux, il n’a pas hésité à mettre en avant sa technique pour mieux faire circuler le ballon et a tenté de prêter main-forte à ses partenaires dans la récupération. Mention spéciale à Daniel Alves, il a totalement absorbé Alassane Pléa et s’est offert le but de la victoire en fin de match, le défenseur brésilien a livré une très belle copie.   

En somme un 7ème sacre se dessine de plus en plus pour le PSG.

 

@AhmediThoChekal

Articles similaires