Unai Emery ne sera plus l’entraîneur du Paris Saint-Germain la saison prochaine. C’est acté. Paris s’active donc pour lui trouver un successeur, et l’effervescence est maximale au sein du club, y compris dans le vestiaire, alors qu’il reste encore trois compétitions à jouer et donc trois titres à glaner.

 

C’est quasiment dès la fin du huitième de finale aller face au Real Madrid, que la direction du club a sondé plusieurs pistes, dont deux en particulier : Carlo Ancelotti et Antonio Conte. L’ex-l’entraîneur du Bayern, libre depuis son limogeage, reçoit de nombreuses sollicitations, en France et à l’étranger. Attentif aux différents projets qui lui sont présentés, l’idée d’un retour en France n’est pas pour lui déplaire même si les charmes de la Première League, ont sur lui des effets hypnotiques. Au sein du vestiaire, il est le choix préférentiel de Thiago Silva.

Antonio Conte quant à lui est intéressé malgré le fait que la fédération italienne pense à lui pour relancer la Nazionale. Mais il ne suscite pas franchement l’enthousiasme auprès du groupe parisien. L’italien est à l’origine du retour de David Luiz à Chelsea, qu’il a courtisé durant tout l’été 2016 pour obtenir ses faveurs. Pour autant ses titularisations se fond de plus en plus rares du côté du club londonien et son temps de jeu devient famélique. Actuellement, il déconseille aux brésiliens du club la venue de l’ancien entraîneur de la Juventus dont il considère les méthodes trop rugueuses, favorisant le jeu défensif au détriment d’une animation offensive trop pauvre. Les deux entraîneurs italiens ont déjà rencontré la direction parisienne.

Luis Enrique contacté, Nasser au Brésil 

LIbre de tout contrat depuis son départ du FC Barcelone en juin dernier, l’entraîneur espagnol Luis Enrique ne manque pas non plus de sollicitations. Selon nos informations, Luis Ferrer, bras droit d’Antero Henrique a plusieurs fois contacté l’ancien coach catalan. Il est à cet instant la piste la plus chaude pour remplacer Unai Emery. Celui-ci (avec Tite) possède la plus grande côte  auprès de tous Brésiliens de l’effectif Neymar compris. La star auriverde, qui l’a côtoyé a Barcelone, a récemment échangé avec lui.

 

Concernant le joyau du club, si du côté du Paris Saint-Germain, on assure que la visite de Nasser Al-Khelaïfi en compagnie du directeur sportif Antero Henrique et de Jean-Martial Ribes n’est pas liée aux rumeurs de ces derniers jours, la réalité est toutefois légèrement différente. En effet, Pini Zahavi a rencontré la semaine dernière le président Parisien, inquiet de la situation devant un lot de rumeurs, sans cesse grandissant. L’heure est donc bien à rassurer et se rassurer. Et Mr Fix It gère comme il sait si bien le faire. Tantôt il discute avec certains clubs en compagnie de Neymar Senior (comme chaque année) et sans que le PSG ne soit au courant, tantôt il tranquilise Nasser Al-Khelaïfi. Lunaire ! La situation est néanmoins cocasse puisque l’Israelien qui bénéfice de la confiance totale de l’état major tout autant que de celle du clan Neymar, affirme aux deux, sa totale loyauté.  Quoi qu’il en soit, le numéro 10 parisien ne partira pas cet été. Pini Zahavi continuera de dicter le mercato estival des Rouges et Bleus.

Pochettino, apprécié du vestiaire, Mourinho beaucoup moins

Comme nous l’avons évoqué plusieurs fois, Mauricio Pochettino était le choix numéro un d’Antero Henrique et de Jean-Claude Blanc. Il se trouve que l’argentin est celui qui suscite également le plus d’enthousiasme dans le vestiaire. Pastore et Di Maria ne verraient pas d’un mauvais œil l’avènement d’un compatriote à la tête de l’équipe. Rabiot aime son travail en Premier League, le style de jeu qu’il pratique et son passé parisien. Tout comme Kimpembe. Draxler de son côté, se dit admiratif du travail de l’entraîneur de Tottenham. Ancien défenseur et capitaine du PSG, il est aujourd’hui lié avec les Spurs de Tottenham jusqu’en 2021, et Daniel Lévy, son président, n’a aucunement l’intention de s’en séparer.

 

Enfin, s’il y a bien quelqu’un qui met tout le monde d’accord sur son nom c’est José Mourinho. L’entraîneur des Red Devils fait l’unanimité contre lui, personne au sein du vestiaire ne souhaite le voir sur le banc parisien la saison prochaine. Au premier rang de ses détracteurs : Dani Alves.  Son style de jeu, considéré comme affreux, n’est pas pour plaider en sa faveur, ni l’élimination hier de Manchester United, à domicile, face au Fc Séville. Un autre technicien portugais a été sondé en la personne de Paulo Fonseca (Shaktar Donetsk), pas passé loin de la qualification face à la Roma. Si un contact a bien été etabli, ce dernier a décliné poliment.

Dirigeants et joueurs sont donc partagés sur le choix du futur entraîneur avec deux tendances principales qui se dégagent, pour les uns comme pour les autres. Chacun ayant une préférence ou un avis sur le sujet. En attendant il reste les affaires courantes à négocier avec trois titres à aller chercher, et cela passe déjà par une victoire à Nice ce dimanche