J-6. A quelques jours du huitième de finale de Ligue des champions contre le double tenant du titre, le PSG s’avance avec quelques certitudes, et quelques doutes aussi.

 

Un effectif concentré 

La première bonne nouvelle est que sauf blessure de dernière minute, à Toulouse samedi notamment, l’ensemble de l’effectif parisien sera opérationnel. Le staff technique essaye de gérer les temps de jeu de chacun, et au final, tout le monde devrait être apte. Emery et ses adjoints avaient décidé de réaliser une préparation optimale, pour bénéficier d’un pic de forme contre Madrid. Il y avait donc tout un programme à suivre pour les joueurs durant la trêve hivernale. Chacun d’entre eux possédait un appareil électronique qui lui était propre. Ce dernier envoyait automatiquement les données au Team Performer, afin de voir si tout avait bien été respecté. Ce fut le cas de la majorité des joueurs dont les « retardataires » qui en avaient même fait plus certains…

Depuis la reprise, le staff technique multiplie les séances vidéos individuelles et collectives pour aborder au mieux le choc face à Madrid.  Il a également mis a dispositions des joueurs, une clé USB comprenant des détails sur leurs adversaires directs ainsi que des montages privés propres à chacun de leurs adversaires directs. Si l’on ne peut pas tout dire, l’équipe travaille différents plans de jeu. Notamment une organisation défensive afin de ne pas être aspiré par les contres attaques Madrilènes.

 

Mbappé en pleine forme mais…

Areola. Dani Alves. Marquinhos. Thiago Silva. Verratti. Rabiot. Mbappé. Cavani. Neymar. Si neuf joueurs semblent assurés de démarrer la rencontre aller contre le club de la capitale espagnole, la décision sur les deux autres postes n’est pas encore actée. Verratti et Rabiot ne savent pas qui les accompagnera au milieu, par exemple. A l’entraînement, deux joueurs affichent un état de forme exceptionnel : Mbappé et Verratti. Le Français est certainement le joueur le plus impressionnant, et a hâte d’en découdre à Bernabeu. Depuis le choc reçu face à Lyon, il est en dedans et a peur d’aller au duel. Neymar est quant à lui plus calme, comme sûr de sa force. Certains joueurs affichent un degré d’implication très élevé ces derniers temps, notamment Cavani, Thiago Silva et Dani Alves, qui agissent comme s’ils étaient déjà dans le match.

Pour le dernier, il s’est excusé dans le vestiaire auprès du groupe après son carton rouge face à Lyon (2-1). Emery a également eu une discussion avec lui. « Vous verrez ma prestation contre le Real », claironne durant l’entraînement le latéral de la Selecao, dont la motivation reste intacte, comme il l’a prouvé en zone mixte après le succès face à Lille (3-0) : « Mon absence ? Elle était rapide ! Je n’ai pas dû attendre trop longtemps. Je suis arrivé en France pour m’adapter au championnat français et à l’intensité des matches de Ligue 1. Mais ce n’est pas tout, je dois aussi m’adapter à d’autres choses dont l’environnement extérieur. Mais avec moi les choses ne se répètent pas, je ne reproduis pas deux fois les mêmes erreurs, je suis un bon élève ! »

 

2018, l’année de tous les records ?

 

Unai Emery considérait le match de Lyon comme capital. Notamment car il s’agissait du dernier gros test à l’extérieur se rapprochant d’un match de C1. Les circonstances de cette défaite le mirent dans une colère noire. L’attentat reçu par Mbappé, le carton rouge d’Alves et la nonchalance ont donc été pointés du doigt  après la rencontre.

Avec 37 buts marqués en dix matches (pour neuf victoires), l’équipe parisienne a débuté 2018 comme elle a terminé 2017 : très fort. Mais la saison commencera véritablement mercredi prochain, Elle ne peut durer que trois semaines. Aux Parisiens de l’étirer jusqu’en mai, après plusieurs saisons de méforme au printemps. Et de montrer, au plus haut niveau, de la personnalité, sur le modèle du match à Chelsea (2-2), en 2015, quand les co-équipiers de Thiago Silva avaient su s’arracher à la fatalité, à 10 contre 11, pendant pratiquement une heure et demie. Si le chaos de Barcelone a servi au moins à quelque chose, il est l’heure de le prouver.

Articles similaires