Layvin Kurzawa s’est confié à Téléfoot. Le latéral gauche revient notamment sur son geste face à Anderlecht et les critiques de la presse.

Les critiques

« Je me suis renfermé, on va dire que je me suis mis un peu à part. J’ai essayé de me mettre dans mon cocon. Je préfère travailler, bosser le plus possible, pour retrouver mon niveau et, quand j’aurai fait taire les critiques et que les gens arrêteront de parler de moi sur tout ce qui est extérieur au foot, peut-être que je répondrai à certaines questions. Je n’ai pas besoin d’entendre certaines personnes dire « il a été nul, il ne sait pas centrer ». Je sais quelles sont mes qualités et je sais ce que je dois travailler. Je dois tout travailler, dans tous les cas, parce qu’on n’est jamais au top pour moi. On peut être à 100% mais il y a toujours des choses à travailler. »

Sa célébration face à Anderlecht

« Sur le moment, avec l’émotion, j’ai fait ce geste-là. Je ne pense pas avoir tué quelqu’un, je ne le referai pas mais je ne le regrette pas. Dans le vestiaire ? Ils m’ont tous félicité parce que j’avais mis trois buts. Aucun joueur ne m’a parlé de ça mais Maxwell m’a dit « Fais attention ». On a eu une discussion pour s’expliquer. On a passé deux ans dans le même effectif, il a appris à me connaître, sait comment je me comporte et comment je suis. »

Sa vidéo privée

« Pour moi, tout le monde fait des erreurs. J’en ai fait et je pense que j’en referai. C’est une erreur de jeunesse. Didier Deschamps savait bien avant que ce soit révélé. Mais je n’ai pas envie de revenir sur ça. C’est du passé. Aujourd’hui, je suis en sélection, tout se passe bien avec le coach et la relation est très bonne. »

Ses objectifs 

« Le PSG et assurer ma place dans les 23 pour la Coupe du Monde. C’est le plus important pour moi. »