Discret depuis l’arrivée de son fils au Paris Saint-Germain, le père de Neymar, Neymar Sr, a accordé une interview exclusive à Telefoot. L’occasion de revenir sur le choix du prodige brésilien, mais aussi sur l’affaire du pénalty.

Le transfert du siècle. Un chèque de 222 millions. Beaucoup de paroles. Beaucoup d’intox. L’arrivée de Neymar Jr au Paris Saint-Germain a fait jaser dans tous les milieux. Médias, supporters, réseaux sociaux, politiques aussi. Ce dimanche, dans Telefoot, le père du néo-numéro 10 parisien a tenu à mettre les choses au clair. La première, l’arrivée du « Ney » dans la Capitale.

« Cette décision m’a surprise »

Si les médias et beaucoup de personnes ont fait – trop rapidement – le rapport avec son salaire, le père de Neymar explique l’arrivée de son protégé au PSG tout autrement. « Ça m’a surpris. On a eu une proposition l’an dernier mais il n’y a pas eu d’accord. Cette année, elle était très intéressante. L’idée lui a plu d’aider Paris à gagner la Ligue des Champions. Il n’a pas hésité, c’était moi surtout. J’ai hésité jusqu’au dernier moment. » Un choix que le paternel juge aussi  comme une prise de risque, un nouveau défi à relever : « J’ai dit à Neymar qu’il était tranquille au  Barça, dans une zone de confort. Que le meilleur choix était de rester. Mais il a voulu en sortir et se mettre en danger. Ses amis, Messi, Suarez, Rakitic ou Piqué ont tout fait pour le retenir, mais Neymar voulait vraiment venir. Il voulait ce défi, et on l’a soutenu. » Aujourd’hui, tout le clan brésilien est heureux. Un bonheur que la direction du Paris Saint-Germain souhaite éternel, et qui emploie les grands moyens pour placarder un sourire sur le visage du petit de São Paulo. « On a tous été très fiers lors de sa présentation à Paris. Le nom de Neymar sur la Tour Eiffel… Ca va  nous marquer toute notre vie. »

« Neymar/Cavani ? Une polémique exagérée »

Sacré pénalty. 17 septembre. Cavani s’empare du ballon alors que Neymar s’approche pour lui
demander la permission de le tirer. Il n’en fallait pas plus pour déclencher la polémique. De la simple discussion à la bagarre, on entend et lit de tout. Même Unai Emery en prend pour son grade – alors que l’équipe vient de gagner 2-0, rappelons-le. Dix jours plus tard, match face au Bayern. Tout semble « réglé » entre les deux attaquants. Pour le père de Neymar, ce #PenaltyGate n’est rien d’autre que de l’exagération. « Ce sont deux grands joueurs, mais on a vu qu’il n’y avait aucun problème face à Munich. Dans chaque club il y a parfois des désaccords, c’est nécessaire. Mais les proportions qu’a pris l’affaire entre Neymar et Cavani ont été amplifiées. » rétorque-t-il, avant d’ajouter qu’il « ne fallait plus en parler. » Plutôt cocasse quand on sait que Neymar Senior pousse en interne pour que son fils puisse tirer les penaltys…

« Pour nous, c’est un cadeau d’avoir Mbappé »

MCN. Ce nom fait frémir toute l’Europe depuis que le Paris Saint-Germain a corrigé le Bayern. 3. Comme le nombre de buts face au champion d’Allemagne, comme le nombre d’étoiles composant la triplette offensive des rouge et bleu. Pour le père de Neymar, ce n’est que du plaisir. «Messi/Suarez/Neymar ont inspiré, la MCN le fera aussi » déclare celui qui endosse aussi la fonction d’agent pour son fils, avant de s’étaler sur l’autre jeune prodige du XI parisien, de Bondy celui-ci. « Mbappé et Neymar sont des amis du football. C’est un cadeau que Mbappé soit ici, car il joue comme un vétéran de 30 ans » déclare Neymar Sr, avant d’ironiser sur la concurrence entre les deux pépites concernant le Ballon d’Or. « Il n’y aucun problème (rires). Mais dans quelques années, Mbappé va être dans la course. Il va faire partie de cette caste. Et si mon fils doit gagner le Ballon d’Or, il le gagnera. Mais je ne crois pas qu’il le veuille absolument, ce n’est pas ce qu’il a motivé pour signer à Paris. […] Nous avons signé un contrat de cinq ans, donc nous avons cinq ans pour gagner la Ligue des Champions. Le projet du PSG à travers Neymar commence aujourd’hui. » Un projet sur la bonne voie. 8 matchs, 8 buts, 7 passes décisives. Ce qui est sûr, c’est qu’on a pas encore fini d’entendre parler de Neymar da Silva Santos. Joga Bonito.

Antoine Bourlon (@AntoineBourlon)

Articles similaires