En optant avec succès pour un système à deux milieux de terrain face au FC Metz le vendredi 8 septembre (5ème journée de Ligue 1), Unai Emery, l’entraîneur du PSG, a exaucé le voeu de nombreux supporters. Alors, simple coup d’essai ou solution durable ?

Face à Metz, le PSG a une nouvelle fois délivré un joli récital offensif. Une victoire 5-1 face aux Lorrains qui, pour de nombreux experts, n’auraient que peu de valeur, ce résultat ayant été acquis à 11 contre 10 (expulsion de AssouEkotto à la 57ème minute).

Pourtant, pour les observateurs réguliers du club de la Capitale, ce match était enfin l’occasion d’observer un schéma tactique très souvent espéré mais très peu utilisé par le coach ibérique : le 4-2-3-1. Adieu le sempiternel 4-3-3, aux oubliettes le trio VerrattiMottaMatuidi !

En positionnant une paire Rabiot- Motta derrière une ligne de trois composée de Neymar/Mbappé/Draxler, avec Cavani en pointe, Emery  concrétisait donc les souhaits de son public : optimiser l’incroyable armada offensive à sa disposition.

Premier constat, ce choix était fortement suggéré par le contexte, à savoir la présence de MBappé et la suspension de Verratti. Deuxième constat : face à une défense une nouvelle fois très regroupée, le jeu des Rouges et Bleus n’a pas semblé bouleversé. Une possession toujours aussi importante (72%), un taux de passe  proche de la moyenne de la saison (90% contre 86%) et un jeu sur le côtés franchement perfectible. Alors, s’il est difficile de tirer des conclusions définitives -notamment sur l’association Neymar/Mbappé, très prometteuse-, pas sûr que le 4-2-3-1 soit la solution miracle. À défaut, les Parisiens ont prouvé (aux spécialistes mais aussi à eux-même) qu’ils disposaient d’une nouvelle corde à leur arc.

@G_botton

Articles similaires